#ATELIER 9 ENViE D’UNE VILLE ACCESSIBLE, MOBILE & PRATIQUE

Pontivy circule mal : le projet « cœur de ville » est une opportunité pour mettre en œuvre un plan de circulation global qui ne pénalisera pas notre ville ! Il sécurisera nos déplacements et régulera les flux (piétons, vélos, voitures, bus, transports régionaux). La construction attendue du Pôle d’Echange Multimodal fera respirer la ville aux heures de pointe. Notre ville devra aussi veiller aux personnes à mobilité réduite ou âgées, que ce soit dans l’habitat ou l’accès aux commerces & services.

illustration circulation

TERRAIN SYNTHETIQUE

DROIT DE REPONSE – 18 Janvier 2020
Intervention de Michel JARNIGON dans la presse locale sur le coût d’un terrain synthétique suite à notre rencontre avec la GSI et le Stade Pontiyven

« Les Pontivyens ne sont pas des pigeons »
Pourquoi la Ville de Pontivy devrait elle débourser 1 300 000 € pour un stade synthétique là où certains de nos voisins, sur la durée du mandat qui s’achève, ont dépensé moins de 600 000 € pour le même type d’équipement !
Je suis bien placée au département du Morbihan pour connaître le coût de ces équipements , je siège à la commission permanente où nous votons les subventions et aide aux équipements des communes, notamment des équipements sportifs . J’ai des exemples concrets de réalisation et je suis bien informée sur ce sujet. [ BRECH un terrain synthétique homologué a été construit sur ce mandat d’un budget 522 447€ , Je suis déjà en relation aussi avec des entreprises spécialisées]

Les montants annoncés par l’équipe municipale sortante sont pour le moins farfelus.
La vérité est que la gestion de ce projet a manqué de rigueur et que les arguments avancés par l’équipe sortante pour justifier l’absence de programmation avant la fin du mandat ( montant des sommes consacrées au foot sur le mandat et fusion des clubs) ne sont qu’un écran de fumée pour masquer l’absence de méthode et l’indécision qui ont du prévaloir sur le traitement de ce dossier.
Trop d’études d’un coût excessif sans aboutissement concret ont mobilisé élus et services municipaux au cours de ce mandat . Les réalisations concrètes ne sont pas au rendez-vous.
Nous devons investir dans la modernisation de nos équipements sportifs.
Au-delà d’une promesse,c’est une conviction forte.
Une méthode : la première année on décide, la seconde on inscrit au budget et on réalise. Une municipalité qui n’investit pas meurt.
Nous devons être le plus efficaces possible dans la réalisation des missions qui nous sont confiées car nous sommes comptables devant les Pontyviens de l’utilisation rigoureuse et pertinente de l’argent public. Et c’est ce à quoi mon équipe et moi-même sommes préparés.

Sentiment d’insécurité à Pontivy et bilan d’activité des services municipaux

Sentiment d’insécurité et bilan d’activité des services municipaux

Pontivy, Samedi 23 novembre 2019, il est 21 heures lorsqu’ un couple d’adolescents de 16 et 17 ans se fait agresser Place Aristide Briand. Le jeune homme est blessé à la tête, la jeune flle au ventre et à la joue par des projectiles tirés d’un pistolet à billes. Les agresseurs seront rapidement identifés et interpellés par la gendarmerie.

Pour autant cette agression s’ajoute aux faits d’ incivilités et nuisances ( attroupements, alcoolisation et nuisance sonores) – trop nombreux au cœur de notre ville – que j’ai eu l’occasion de dénoncer lors du dernier conseil municipal. Ces faits, Madame le Maire, ont été portés à votre connaissance à de nombreuses reprises.

Quelles dispositions ont été prises depuis ?

Des pontivyens que je rencontre me font part de leur inquiétude et de leur désarroi, ils incitent leurs enfants à éviter certains lieux, de jour comme de nuit ( et la nuit tombe tôt à l’approche de l’hiver), ils s’interrogent sur l’action des services municipaux.

Le sentiment de ne plus être en sécurité dans notre ville est en train de naître.

Peut-être ce sentiment n’est-il pas fondé, mais comment les pontivyens et les pontivyennes peuvent ils l’apprécier lorsqu’aucune information sur l’activité des services municipaux , et de la police municipale en l’occurence n’est portée à leur connaissance ? comment peuvent-il l’apprécier lorsque leurs élus eux-mêmes ne disposent,depuis 2016, d’aucune information sur l’activité des services municipaux censés mettre en œuvre leur politique ? Comment peuvent-ils se rendre compte de l’implication des personnels municipaux au service du projet municipal sur lequel vous et votre majorité ont été conduits aux afaires ? Comment peuvent-ils connaître le fonctionnement de notre collectivité et apprécier les résultats tangibles de l’action municipale au quotidien ?

Doivent-ils en conclure, Madame le Maire, que la Sécurité, la Sureté, la Tranquillité et la Salubrité ne font pas partie des préoccupations qui guident votre action ?

Ma question est la suivante :

Quand et comment envisagez-vous de porter à notre connaissance , et à celle des Pontivyens, le bilan de l’activité des services municipaux et notamment celui de la police municipale ?

Des propos scandaleux ? Non, qu’on applique la loi.

L’immigration est une préoccupation majeure pour notre ville, qui appelle une réaction vive de notre part. Nous ne devons pas accepter avec fatalité cette situation, sans rien faire. Nous devons ‪maîtriser dans un dialogue constructif avec L’Etat notre politique migratoire à Pontivy, avec des règles et de la fermeté‬.

‪Les gens déboutés du droit d’asile ne peuvent pas rester sur notre ville. C’est la loi .

Derrière tout cela, c’est un coût et une situation humainement inacceptable, qui n’entraîne que le rejet, et qui produit l’exact inverse d’une intégration réussie.

Accueillir oui mais correctement, en en limitant l’ampleur : comment prendre en compte sinon la scolarisation des enfants qui ne parlent pas français et qui nécessitent plus de temps de classe, au détriment d’autres enfants. L’Etat ne nous en donne pas les moyens. ‬

Sur nos territoires d’industries agro-alimentaires, nous devons travailler en faveur de l’immigration économique avec des règles d’accueil et les appliquer. Il n’y a pas de meilleur intégration que par le travail.

Plus généralement sur l’immigration , la France est devenue le premier pays en Europe d’accueil des clandestins, de mineurs non accompagnés MNA, que le droit d’asile est détourné, Que des milliers de ressortissants de pays pourtant sûrs demandent l’asile en France, qu’il y a un coût intenable pour la France et les collectivités territoriales (communes et départements) , en termes d’hébergement des clandestins, d’AME, de protection de l’enfance, d’aides sociales, que derrière tout ça il y a une certaine impuissance de l’État, qui cherche à s’appuyer sur les collectivités locales d’un problème qu’il est n’est pas capable de résoudre. nous n’avons pas en tant que collectivité les moyens d’accueillir tout le monde.

Pontivy. M.M. Doré-Lucas dénonce les « propos scandaleux » de Soizic Perrault sur l’immigration via @ouestfrance

https://www.ouest-france.fr/bretagne/pontivy-56300/pontivy-m-m-dore-lucas-denonce-les-propos-scandaleux-de-soizic-perrault-sur-l-immigration-6660185?fbclid=IwAR2ZQTgPdLkiIvp0eoftEAO-HyPi-KvrhNE_6HXe2pZ9JdGFnKlUEZqTW-4

 

Lancer un projet de rénovation simple de la halle à Fourrage

Projet 2020-2026 :  Lancer un projet de RENOVATION SIMPLE DE LA HALLE A FOURRAGE, halle couverte qui pourra accueillir des événements toute l’année ? #napoleonville #pontivy

La HALLE À FOURRAGE ou magasin à Fourrage pour 700 chevaux

Une histoire … Le toit de ce bâtiment napoléonien était à l’origine en partie à ciel ouvert.

Napoléon Bonaparte a décidé en 1802 de faire de Pontivy dans la paix le centre d’un grand commerce et, dans la guerre, un centre militaire important.

C’est ainsi que se construit au fil du temps Napoléonville.

La caserne a accueilli sa première garnison en 1811. Le magasin à fourrage n’est terminé qu’en 1842.

Le bâtiment servait à stocker le foin et la paille destinés aux chevaux du quartier de cavalerie assez proche de la caserne, mais isolé des autres constructions pour éviter les risques d’incendies.

 

 

Conseil Municipal du 9 Décembre – Mes questions sur le PROJET GRAND FRAIS

INFORMATION PROJET GRAND FRAIS #PONTIVY

Lors du dernier conseil municipal du 22 Octobre 2019, je vous ai interrogé Madame la Maire au sujet de l’arrivée probable de la halle grand frais,  je vous ai fait part des craintes qu’elle inspire.

Dans le même temps, Pontivy est une des 222 villes retenues par les pouvoirs pubics  dans la cadre du Programme « Action cœur de ville » . Alors que ce programme vise à faciliter et à soutenir le travail des collectivités locales pour favoriser , en autres actions, le maintien ou l’implantation d’activités en cœur de ville, mais pas que. l’installation de cette enseigne va ruiner toutes les actions menées dans le cadre de ce programme.

Vous n’étiez au courant de rien …Vraiment ?

Pourtant, le 14 mai 2018, alors que j’étais encore membre du bureau exécutif, je vous ai adressé un courriel avec une série d’articles sur les dangers des installations commerciales en périphérie véritable rouleau compresseur pour l’ensemble de nos commerces et notamment GRAND FRAIS .

Grand Frais est en effet une enseigne peu connue en Bretagne car elle est encore peu implantée même si elle est l’enseigne préférée des français… comme Amazon.

Bien sûr notre ville doit se développer en attirant des enseignes, aujourd’hui nous sommes bien dotés pour éviter l’évasion commerciale et en plus dans un contexte ou Internet fait des ravages …mais Il  faut être clair le gâteau ne grandira pas !  Et c’est nous qui devons être les garants , au cas par cas, du maintien de cet équilibre. Nous sommes élus pour cela veiller à l’intérêt général de notre ville.

Mercredi 6 Novembre : Commission économique de Pontivy communauté, vous êtes exceptionnellement présente pour présenter avec le service l’installation de la halle grand frais : 950m2 de halles alimentaires et 400m2 de Boulangerie (opportunément dissociés pour être en dessous de la surface  -1000 m2 -qui requiert de passer en CDAC, commission départementale d’aménagement commercial )

Vous nous présentez une lettre  que Madame  la maire de Pontivy -vous-même – a écrit à Madame la présidente de Pontivy Communauté  – vous même pour dire qu’en tant que maire vous êtes contre ce que vous avez permis en tant que présidente de Pontivy communauté … vous proposez même à Pontivy COMMUNAUTE  de racheter l’ensemble (les maires sont contre)

Est ce à dire que vous ne suiviez pas ce dossier depuis 2018 accompagné par vos services économiques de Pontivy communauté ?

Inquietant !

Vous justifiez ces ouvertures en vous abritant derrière l’enjeu d’ACEMO et de l’emploi

Vous ne pouvez rien faire … « c’est un projet privé, c’est comme ça » … Vraiment ?

Tous sonnent l’alarme, le « gâteau » ne grandira pas. Vous le savez.

Avec l’arrivée de ces nouvelles grandes enseignes alimentaires comme Grande Distribution Spécialisée équipement de la personne, c’est tout l’équilibre commercial qui est perturbé et pas que le centre-ville. Il faut bien sûr de la concurrence, mais dans un juste équilibre. Il ne faut pas être naïfs ! Un site de 18000 m2 : 1400m2 aujourd’hui d’alimentaire 6000 m2 de parking et le reste ? Un centre commercial ?

L’enjeu d’ACEMO est bien sûr majeur : l’emploi sur le territoire. Mais dès le départ, notre devoir était d’alerter. Partout en Bretagne les élus sont vent debout. Il était évident que ce sujet était une « bombe à retardement » localement.

Un défaut d’accompagnement grave pour ACEMO. C’est pourtant  notre rôle, nous sommes élus pour préserver les intérêts de notre ville, faire les bons choix .

Aujourd’hui ce n’est pas seulement ACEMO que vous mettez en péril mais c’est aussi l’équilibre commercial et la vitalité de notre ville … qui sont fragilisés par des choix qui ne sont jamais clairs, tordus. Nous avions l’exigence de mieux les accompagner. La mission n’a pas été remplie.

ANTICIPER ! C’est le devoir de l’élu, Maire ou Président d’EPCI .

Nous sommes des acteurs pas des observateurs …

Voici mes questions :

  • Quels sont les engagements concrets d’ACEMO à rester sur le territoire ?
  • Quelles garanties en terme d’emplois ont été prises par ACEMO pour rester sur le territoire ?
  • Pourquoi ne pas saisir une CDAC (commission départementale d’aménagement commercial) comme pour tous les commerces, tous des projets privés ! Cette saisine est possible dans le cadre du dispositif cœur de ville qui bénéficie d’une ORT (Opération de Revitaliation de Territoire) et de la Loi ELAN qui renforce le pouvoir de contrôle des élus locaux pour veiller à l’équilibre de leur territoire.
  • Quels sont les autres recours possibles ?
  • Pour quelles raisons laissez-vous s’installer d’autres zones commerciales ?
  • Pourquoi n’avoir rien anticipé dans le SCOT (schéma de cohérence territoriale) avec le pays de Pontivy qui permet aujourd’hui de construire le PLUi ? Pourquoi Cette zone a-t-elle n’a pas été classée en zone habitat, de loisirs ou artisanat ?  (Notre ville est d’ailleurs sous représentée dans cette instance majeure pour le développement économique et social de la ville.)

CONSEIL MUNICIPAL du 9 DECEMBRE 2019 – MA QUESTION ORALE « SENTIMENT D’INSECURITE ET BILAN D’ACTIVITE DES SERVICES MUNICIPAUX »

« les conseillers municipaux ont le droit d’exposer en séance du conseil des questions orales ayant trait aux affaires de la commune, en dehors des sujets des bordereaux à l’ordre du jour »

SENTIMENT D’INSECURITE ET BILAN D’ACTIVITE DES SERVICES MUNICIPAUX

Pontivy, Samedi 23 novembre 2019, il est 21 heures lorsqu’ un couple d’adolescents de 16 et 17 ans se fait agresser Place Aristide Briand. Le jeune homme est blessé à la tête, la jeune fille au ventre et à la joue par des projectiles tirés d’un pistolet à billes. Les agresseurs seront rapidement identifiés et interpellés par la gendarmerie.

Pour autant cette agression s’ajoute aux faits d’incivilités et nuisances (attroupements, alcoolisation et nuisance sonores) – trop nombreux au cœur de notre ville – que j’ai eu l’occasion de dénoncer lors du dernier conseil municipal. Ces faits, Madame le Maire, ont été portés à votre connaissance à de nombreuses reprises.

Quelles dispositions ont été prises depuis ?

Des Pontivyens que je rencontre me font part de leur inquiétude et de leur désarroi, ils incitent leurs enfants à éviter certains lieux, de jour comme de nuit (et la nuit tombe tôt à l’approche de l’hiver), ils s’interrogent sur l’action des services municipaux.
Le sentiment de ne plus être en sécurité dans notre ville est en train de naître.

Peut-être ce sentiment n’est-il pas fondé, mais comment les Pontivyens et les Pontivyennes peuvent ils l’apprécier lorsqu’aucune information sur l’activité des services municipaux, et de la police municipale en l’occurrence n’est portée à leur connaissance ?

Comment peuvent-ils l’apprécier lorsque leurs élus eux-mêmes ne disposent, depuis 2016, d’aucune information sur l’activité des services municipaux censés mettre en œuvre leur politique ? Comment peuvent-ils se rendre compte de l’implication des personnels municipaux au service du projet municipal sur lequel vous et votre majorité ont été conduits aux affaires ? Comment peuvent-ils connaître le fonctionnement de notre collectivité et apprécier les résultats tangibles de l’action municipale au quotidien ?
Doivent-ils en conclure, Madame le Maire, que la Sécurité, la Sureté, la Tranquillité et la Salubrité ne font pas partie des préoccupations qui guident votre action ?

Ma question est la suivante :
Quand et comment envisagez-vous de porter à notre connaissance , et à celle des Pontivyens, le bilan de l’activité des services municipaux et notamment celui de la police municipale ?

 

un plan PROPRETE pour la ville de PONTIVY

Améliorer la vie quotidienne des Pontivyens doit être  un axe fort des politiques publiques portées par l’équipe municipale. Et l’enjeu de l’amélioration du cadre de vie en fait partie !

> Cela passe tout d’abord par la rénovation de nos trottoirs et de nos rues, de certains espaces publics comme le cimetière qui sont dans un état de dégradation important, pas facilement accessible pour les personnes à mobilité réduite.

> Cela passe également par l’amélioration de nos espaces publics : tous les projets de quartier, action cœur de ville mais aussi les budgets participatifs.

> Cela passe enfin par la propreté de la ville. Et pour ce faire, la commune doit lancer un grand plan propreté, qui vise à mobiliser toutes les dimensions et tous les acteurs qui concourent à cette ambition.

LES MESURES DE CE PLAN PROPRETE seront mises en œuvre dès le début du mandat. Elles seront le fruit d’un travail de concertation avec les agents municipaux du « service technique » et communautaires. Elles concerneront tous les quartiers et toucheront tous ceux qui contribuent à rendre la ville plus propre au quotidien.

I – La Ville renforcera son action en matière de propreté urbaine. Concrètement, nous nous donnerons de nouveaux moyens, une nouvelle organisation.

A – Par des INVESTISSEMENTS

> dans la mécanisation des équipes de proximité. la Ville renforcera la dotation en matériel pour accroître l’efficacité du service. Achat d’aspirateurs à déchets, petites balayeuses de trottoirs, nettoyeurs à haute pression, etc.

> à travers la mise en place de nouvelles corbeilles à déchets et à mégots dans des lieux stratégiques.

> Avec l’installation de nouveaux sanitaires publics

> en déployant de nouveaux points d’apport volontaire enterrés et en supprimant l’accès par badge  : et en améliorant  l’hygiène autour de ces points et désencombrera l’espace public.

Un NOUVEAU CENTRE TECHNIQUE MUNICIPAL sera construit –  la réussite de l’organisation humaine passe par des ateliers bien organisés, à l’image de notre ville.  Le site actuel au cœur du poumon vert et bleu pourra trouver une nouvelle destination, à vocation sportive ou touristique pour un camping familial de randonneurs, avec mobilhomes et emplacements tentes  à proximité immédiate de l’auberge de jeunesse et l’îlot des Recollets 

B – En adoptant UNE ORGANISATION PLUS PERFORMANTE :

> Renforcement de l’équipe de propreté urbaine dans le centre-ville. Le service public s’adapte pour répondre à la demande des riverains et des commerçants, des associations Une équipe qui interviendra 7 jours/7

La propreté du centre-ville sera ainsi assurée tous les jours. Un centre-ville plus propre. Une présence plus forte les jours de grands événements.

Un dispositif de collecte des encombrants à la demande, en complément du maillage des déchèteries communautaires, pour lutter contre les dépôts sauvages.

II – La Ville se dotera de moyens supplémentaires,  la propreté sera  l’affaire de tous. Et donc nous associerons plus directement les habitants à cet enjeu.

 A –  Tout d’abord, en visant une plus grande interactivité entre service public et habitants :

> Création d’un nouvel outil de signalement des dysfonctionnements urbains. Une application smartphone et Internet :  Pour signaler un mobilier urbain dégradé, un tag… mais aussi chaussée abimée, un mât d’éclairage défaillant, etc.

> en associant habitants, commerçants, élus et techniciens dans un groupe de travail chargé de définir des critères et des objectifs communs de propreté dans chaque quartier. La perception de la propreté varie en fonction de l’endroit, de sa fréquentation, des usages. Il s’agit donc d’objectiver la propreté réelle de la ville et de proposer des adaptations en termes de moyens à mettre en œuvre.

  • Déléguer un élu en charge de la PROPRETE, avec une tournée régulière mensuelle avec les agents, et le maire. Garantie de notre exigence et transparence !
  • L’accueil de la mairie, vous guidera dans toutes vos démarches. Pour toute question relative à la propreté, la voirie, l’hygiène, l’éclairage, les encombrants, le ramassage des déchets verts, les centres de tri…, Comment me débarrasser de mon vieux matelas ? A qui signaler un graffiti sur ma maison ?

B –  En encourageant les habitants à changer leurs pratiques en matière de propreté :

Une vaste campagne de communication et de prévention sera lancée. Pour faire mieux connaître le travail des agents municipaux, pour sensibiliser la population à la lutte contre les incivilités (déjections canines, propreté, remisage des encombrants dans les déchetteries), pour informer les habitants (avec la diffusion d’un « Guide de la propreté » rappelant les règles et les bonnes pratiques)

> Des actions de mobilisation sur le terrain seront organisées  Dans un esprit de co-responsabilité d’un cadre de vie respectueux de l’environnement en y associant les enfants

III – Une fois le cadre précisé, les rappels faits et la sensibilisation effectuée, nous passerons à la verbalisation.

A – En lançant des opérations de verbalisation ciblées :

> Sur les déjections canines par exemple > Sur la présence des chiens dans les parcs

> Sur le remisage des bacs de collecte des déchets : des mesures seront annoncées pour remédier au problème des poubelles qui restent en permanence sur l’espace public. Des solutions alternatives seront proposées aux personnes dans l’incapacité de rentrer leur bac et une verbalisation sera mise en place pour les comportements inciviques.

 B – En mettant en place des patrouilles mixtes agents de propreté et Police Municipale 

> Assurer un îlotage commun pour résoudre des difficultés rencontrées dans la ville. Les agents pourront signaler directement à la Police municipale pour verbaliser mais aussi réclamer le coût de la remise en état de l’espace public par le contrevenant

C – En luttant contre l’affichage sauvage.

> Retirer les affiches illégales, refacturation d’office effectuée à l’encontre des afficheurs concernés pour le coût de la prestation d’enlèvement.

D –  En rappelant le dispositif de lutte contre les tags.

> L’enlèvement est effectué gratuitement, y compris sur le domaine privé dès lors que le propriétaire concerné en fait la demande et accepte les conditions d’intervention. Lorsque des recherches seront fructueuses sur l’auteur du tag, une refacturation d’office sera effectuée à l’encontre de celui-ci pour le coût de la prestation.

 

VOUS VOULEZ EN DEBATTRE ? RDV LE MARDI 7 JANVIER à 19H  POUR NOTRE ATELIER 3 ENViE D’UNE VILLE RENOVEE, DE GRANDS TRAVAUX & D’UN PLAN PROPRETE

Faire de l’ilôt des récollets un lieu privilégié et vivant pour les familles pontivyennes, les randonneurs et vacanciers au cœur de la ville. Qu’en pensez-vous ?

Nous vous  proposons de faire de l’îlot des récollets et son auberge de jeunesse un lieu de rencontre privilégié des familles pontivyennes le week-end, et des vacanciers et randonneurs.

Au bord du Blavet et du canal de nantes à Brest, ce site nature privilégié idéalement situé en cœur de ville pourra accueillir toute l’année des associations, des anniversaires, cousinades, mariages et autres réunions familiales, mais aussi des vacanciers, séminaires, sportifs , pêcheurs, randonneurs à pieds, en vélo, à cheval !

En plus, de l’hébergement dans l’auberge de jeunesse rénovée et relookée nous vous proposerons une grande salle de réception et une nouvelle cuisine équipée semi-professionnelle, partagée.

Nous voulons aussi dans l’ancienne maison de caractère de l’APAP créer des gîtes modernes, confortables et fonctionnels pour des petits groupes mais pas que … Des gîtes tout confort, avec une terrasse, une cheminée, un garage vélo, des box pour les chevaux … avec possibilité de commander des paniers de produits locaux.

Ce site verra la possibilité de créer des « satellites » touristiques: un camping à proximité sur le site actuel du centre technique municipal, et pourquoi pas des hébergements insolites cabanes sur l’eau, caravane vintage, péniche, … par exemple.

Venez en débattre lors de l’ATELIER 6:  ENViE D’UNE VILLE CULTURELLE, TOURISTIQUE & D’HISTOIRE 

Le mardi 28 Janvier 2020 à 19h au palais des congrès.